• Home   /  
  • Archive by category "1"

Essaye Moi Bo

Essaye-moi

Essaye-moi
France, 2005
De Pierre-Francois Martin-Laval
Scénario : Jean-Paul Bathany, Pierre-Francois Martin-Laval, Isabelle Nanty, Frédéric Proust
Avec : Julie Depardieu, Marina Foïs, Pierre-Francois Martin-Laval, Kad Merad, Isabelle Nanty, Pierre Richard, Wladimir Yordanoff
Photo : Régis Blondeau
Musique : Pierre Van Dormael
Durée : 1h30
Sortie : 15/03/2006

Quand Yves-Marie, 9 ans, demande à Jacqueline, qui a son âge: "Epouse-moi", elle répond par une pirouette: "Le jour où tu vas dans les étoiles, je te donne ma main". 24 ans plus tard, quand Yves-Marie, devenu cosmonaute, vient sonner à la porte de Jacqueline, celle-ci s'apprête à épouser Vincent et a tout oublié de sa promesse. Alors Yves-Marie a une idée: "Essaye-moi une journée avant de dire non!"

LA TÊTE DANS LES NUAGES

Avez-vous remarqué que dans chaque troupe qui se respecte, plusieurs fortes personnalités se démarquent systématiquement, créant ainsi une hégémonie parfaite au sein de cette bande, là où chacun pourrait, volontairement ou non, tirer la couverture à son avantage. Avez-vous remarqué que dans la bande des Robins des Bois, le personnage au caractère enfantin majeur, celui dont la personnalité naïve et sensible ressort le plus, comme celle d’un éternel enfant, est celle de l’homme que l’on nomme Pef? Il n’est donc pas étonnant de voir que, au moment de se retrouver derrière la caméra et de signer le scénario de son premier long métrage, ce trublion de Pierre-François Martin-Laval illumine son Essaye-moi de tout ce que l’univers enfantin peut avoir de tendre, innocent, spontané, souriant, authentique, parfois stupide… Au travers de ce film qui ne cherche pas plus loin que ce qu’il est venu raconter, Martin-Laval pose donc tout ce qui compose son univers pour mieux faire rejaillir les sentiments purs et forts de l’enfance et créer ainsi une histoire originale composée de personnages atypiques, qui parlera aux plus nostalgiques d’entre nous, en ravivant la flamme qui sommeille dans notre âme et qui ne demande qu’à rejaillir de temps à autre, l’espace d’un film sincère. Sous la forme d’un conte de fée pour adulte (comprendre comédie romantico-burlesque), mais qui n’oublie pas les enfants, Essaye-moi se transforme en un souffle léger et tendre, se distillant en un murmure susurré à nos oreilles comme la douce comptine que notre maman nous récitait lorsque nous-même étions encore de simples et candides chérubins.

JEUX D’ENFANT

Un peu comme si l’on feuilletait un livre de photos d’époque pour se remémorer les belles choses d’antan, Essaye-moi arrive à jouer, avec une facilité déconcertante, sur la vulnérabilité des émotions infantiles, arrivant à nous faire passer du rire aux larmes, d’un sourire affectueux à une joie triste en un instant, comme si les années qui nous séparent de l’âge tendre n’existaient plus. Et pour nous aider à adhérer à sa romance pas comme les autres, Martin-Laval inonde d’onirisme son scénario, préférant prendre le temps de poser chaque moment poétique et chacune des situations comiques plutôt que d’enchaîner les séquences à la va-vite pour faire passer le temps de sa quête, ce qui privilégie, bien entendu, l’effet sensitif escompté plutôt que l’effet d’une mise en scène. Et cette catharsis d’arriver à exister grâce à une pléthore de personnages, dans cet univers inclassable, intemporel et quasi fantasmagorique qui ne trouverait écho que dans le romantisme d’un Edward aux mains d’argent de Tim Burton ou dans la simplicité touchante de L'Eté de Kikujiro de Takeshi Kitano. Ce qui démontre encore une fois que malgré les apparences toujours joyeuses d’un réalisateur toujours souriant, d’un comique toujours décomplexé, d’un guignol toujours prêt à tout pour faire rire, se cache toujours un clown triste capable d’émouvoir n’importe quelle personne réceptive à ce genre d’émotion directe en mettant tout ce que possède son propre cœur dans son script.

DECROCHE LES ETOILES

Mais outre ses très belles qualités artistiques, la forme que se devait d’avoir cette ode savoureuse à l’enfance est belle et bien celle de s’enorgueillir d’un casting en adéquation totale avec le romantisme si suave de son histoire. Et afin de donner un corps à cette âme, on peut dire que Martin-Laval a eu plus que le nez creux pour aller au terme de son entreprise. Car qui aurait eu les épaules suffisamment larges pour endosser des rôles aussi atypiques et surtout ne pas dépareiller avec le décor? Nul autre que son auteur, en qui la part d’enfance est ancrée de façon irréductible. Et c’est bel et bien grâce à cette interprétation que la magie opère en bonne et due forme. Car on décèle très vite en Martin-Laval le fait que le cinéma est peut-être, pour lui, le moyen le plus concret de faire naître le Chaplin qui sommeille en son for intérieur. Et afin de compléter et d’assembler l’ensemble de l’œuvre, il fallait compter sur l’appui de comédiens chevronnés. Julie Depardieu, toute en justesse et pleine de responsabilités, ne demande finalement qu’à échapper à sa vie trop réglée et joue ainsi sur la corde sensible du principe de l’incertitude, face à un Kad Merad qui compose ici un beauf non méchant à qui tout échappe trop vite alors qu’il pense avoir la main mise sur une vie bien façonnée. Mais c’est surtout avec l’immense Pierre Richard que le film termine son envolée lyrique, offrant ce qu’il peut donner de plus beau à son personnage: l’affection. Affection d’un père gaffeur qui n’a quasiment plus que le bonheur de son fils comme pacemaker et qui utilisera tout les ressorts maladroits possibles pour que ce dernier arrive à ses fins. Bref, un excellent numéro de comédiens au service d’un récit aux relents doux-amers mais clairement passionnels. Et même si le dénouement de cette histoire paraît cousu de fil blanc, il est à noter que ce fil est de ceux dont on fait les reliures des couvertures de contes pour enfants.

par Christophe Chenallet

En savoir plus

Quelques liens :

Partenaires

Essaye-moi est un film français réalisé par Pierre-François Martin-Laval, alias Pef, ex-membre des Robins des Bois, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À l'âge de 9 ans, le petit Yves-Marie avait demandé à Jacqueline, du même âge : « Épouse-moi ». Elle lui avait répondu : « Je t'épouserai le jour où tu iras dans les étoiles ». Vingt-quatre ans plus tard, Yves-Marie est devenu cosmonaute. Il se présente à Jacqueline pour lui rappeler sa promesse. Devant l'embarras de Jacqueline, qui s'apprête à épouser un autre homme, Yves-Marie lui propose : « Essaye-moi une journée avant de dire non... »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Ce film est dédié à Isabelle Nanty (source : générique). Dernier rôle au cinéma pour Denise Bonal.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Pierre-François Martin-Laval est le deuxième membre des Robins des bois (après Maurice Barthélemy) à devenir réalisateur. Ce n'est toutefois pas sa première expérience de mise en scène, puisqu'il a déjà fait ses preuves dans ce domaine au théâtre. C'est le producteurChristian Fechner qui lui suggèra d'écrire son film en 2000, lors du tournage de La Tour Montparnasse infernale.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

One thought on “Essaye Moi Bo

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *